«L’écume des saisons», une nouvelle sur le temps qui fout l’camp

Vous pouvez maintenant lire ma nouvelle «L’écume des saisons» (2015) sur le site Érudit (cliquez ICI). D’abord publiée dans la revue Moebius (No 145, Comme il vous plaira), cette nouvelle onirique traite de la perte de repères temporels d’une personne âgée, le dérèglement des saisons étant une métaphore des dérèglements de la conscience.

Dominique Blondeau, écrivaine et critique littéraire, a publié un article à propos de ce numéro de la revue Moebius sur son blogue Ma page littéraire Dominique Blondeau. Elle y parle de mon texte, qu’elle décrit comme une histoire lunaire:

«Comme dans toute revue collective, des textes nous conviennent mieux que d’autres. Des auteurs-es nous émeuvent plus particulièrement. Écrivains et écrivaines possèdent un imaginaire qu’ils abordent en déployant leur style, en fignolant leur écriture, auxquels on est sensible, parfois moins. Lisant au hasard, on s’est rendu compte que, dans ces fictions, le corps tenait une place prépondérante. Il se prête à l’amour, il souffre, il meurt. Le cœur vacille, la mémoire se corrompt. Cela suffit à rédiger une histoire lunaire comme celle de Caroline Legouix, L’écume des saisons. Une jeune femme, clown au CHSLD Angus, de retour chez elle, s’inquiète que le courrier de sa voisine n’ait pas été ramassé. Profitant qu’elle a une clé de son appartement, elle entre, découvre la vieille dame allongée sur son lit, ayant peu conscience de la durée de son malaise… À partir de cet accident du corps usé, les situations déboulent, entraînent la jeune femme dans des actions inopinées. En quelques pages, l’auteure a su dénouer un début de tragédie en une rafraichissante pichenette vers la nouvelle de Natalie Jean (…).»

Érudit a pour mission de promouvoir et diffuser les résultats de la recherche et de la création.

Fermer le menu